• Après une belle soirée arrosée chez des amis, il reprit sa voiture à trois heures du matin. Comme d'habitude, sa copine avait bu encore plus que lui et avait une folle envie de parler. 

    En voiture, il essayait de se concentrer sur la route avec les essuie-glaces en marche. Il pleuvait dehors comme presque tous les jours du mois de Novembre et un brouillard commençait à se dessiner au dessus de la route. 

     

    C'est alors qu'il mit son CD préféré ; le CD que son cousin lui avait envoyé du Liban, avec des chansons Libanaises remixées. Il se souvenait encore de sa voix au téléphone “tu vas adorer ce que je t'ai envoyé! C'est LE CD de tous les temps! Je te vois déjà l'écouter non stop”… Il n'avait pas si tord que ca décidément. 

    « Ya Habibi » remixée était une de ses plus belles chansons, un mélange de décibels intenses qui donnent envie de danser, avec une voix suave en fond…  Et avec ce mélange électro, il ne put s'empêcher de penser au Liban de nouveau.

    Sa copine à ses cotés parlait, parlait et parlait… mais il n'entendait aucun de ses mots. Ses yeux étaient fixés sur la route et son esprit voyageait dans ses souvenirs. 

     

    Ya Habibi… 

     

    Les images de son grand-père, de son village, de la montagne, des matchs de foot qu'il faisait avec ses voisins, les diners familiaux, la vigne dans laquelle il aimait courir et se cacher…. Des images se succédaient et se bousculaient dans sa tête. Il revit ses parents assis sur le balcon entrain de siroter leur café Libanais, au calme. Il revit ses sorties entre amis à Monot au centre-ville et les virées nocturnes qu'ils faisaient dans les quartiers branchés des montagnes… 

     

    Ya Habibi…. Yaaa Habibi….

     

    Et à mesure qu'il pensait à tout ca et qu'il voyait sa vie « d' avant » défiler devant ses yeux, il se rendit compte à quel point tout ca lui manquait! Sans faire attention, il lança à voix haute « ca me manque tout ca ! ».

    Sa copine le regarda étonnée puis se remit à parler et à discuter avec lui sans se  rendre compte qu'il ne l'écoutait toujours pas. Et dans ce petit brouhaha ambiant, entre la voix rauque de sa copine, la belle voix de la chanteuse et le beat endiablé de la musique, il ne se rendit pas compte qu'il ne cessait d'accélérer. 

    Ya Habibi…. Yaaa Habibi…. 

     

    Les images du Liban et la nostalgie s'entrechoquaient avec sa vie ici et tout ce qu'il essayait de construire à présent. 

    L'autoroute vide. 

    La pluie dehors. 

    Sa copine à ses cotés entrain de parler, encore et encore. Sa détresse intérieure. Cette détresse qui revient avec ce mélange choc qu'est l'alcool associé avec la musique et son attachement encore présent. « Ca me manque tout ca ! » 

     

    Yaaaa Habibiii…

     

    Et tout d'un coup plus rien. Un excès de vitesse. Un dérapage. Un glissement. Un cri strident. Et tout d'un coup plus rien. 

    … Mais encore la chanson Ya Habibi jouée au beau milieu de cette nuit pluvieuse sur le bord d'autoroute. 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :